AccueilAccueil  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Lumière de l'aube

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Teasy

avatar

Féminin Nombre de messages : 1036
Age : 25
Camp : Horde
Race : Elfe de sang
Classe : Paladin
Spécialisation principale : Précision
Spécialisation secondaire : Feu
Date d'inscription : 15/01/2011

MessageSujet: Lumière de l'aube   Jeu 16 Juin 2016, 01:30

L'Île de Haut-Soleil..

Athrelya n'y était pas retournée depuis ce qui lui semblait une éternité. La beauté et le calme des lieux la frappa, faisant ressortit le malaise qui s'était installé en elle.
Les rires de soeurs avaient résonné ici tant d'années auparavant, leurs jeux innocents au bord de l'eau semblaient encore agiter le rivage d'un doux ressac.

Elle ferma les yeux, laissant les souvenirs d'un temps révolu revenir à elle. La disparition de ses parents, d'abord, laissant son ainée Lysthania seule en charge d'elle-même et de Dâwned. Oh, Lysthania s'était montrée à la hauteur, elle était même devenu un modèle pour Athrelya, encore plus quand ses talents de paladin sont apparus.Elle était le portrait de Mère, pensa-t-elle amèrement.
Très vite, Lysthania avait pris de la distance avec ses soeurs, encore adolescentes alors, pour suivre son entraînement. Peu de temps après son départ, Athrelya avait à son tour senti l'appel de la Lumière, mais sa cadette était encore jeune et fragile, elle n'aurait pu se pardonner de l'abandonner à son tour.
Alors, non sans amertume Athrelya était restée, observant au loin son aînée devenir un chevalier de sang respecté et admiré. Finalement Dâwned avait senti sa vocation de chasseresse s'imposer à elle, lui permettant de rejoindre les rangs des paladins. Mais, je n'étais pas Lysthania
Aujourd'hui encore, la jalousie la tiraillait bien qu'elle lui semble déplacée désormais.
Si Athrelya avait tant admiré et jalousé les talents de sa soeur, ceux-ci ne l'avaient pas sauvée lors de la campagne contre le Fléau.
Aujourd'hui encore elle ne savait pas s'il lui avait été plus dur d'accepter la mort de son modèle, ou bien son retour en tant que chevalier de la mort.
La plupart des paladins ainsi ressucités trouvaient la non-mort abjecte, mais étrangement, Lysthania semblaient s'être accomodé plutôt bien de son état.
Pas moi

Elle se força à chasser tout cela de son esprit, elle n'y pouvait rien, et quand bien même elle n'était pas très heureuse de la situation, cela au moins ne peuplait pas ses nuits de cauchemards.
Elle contempla le ciel au dessus d'elle un long moment, observant les nuances de pourpres, de fushia et d'indigo flotter doucement au gré de la brise. Elle inspira lentement tentant de chasser la douleur dans sa poitrine.
Comme si c'était possible.
Elle le savait, jamais plus cette douleur, cette nausée, ne la quitterait. Elle distinguait au loin les côtes de l'Île de Quel'Danas, sombre à l'horizon, alors qu'elle le savait, l'île était resplendissante de lumière en réalité.
Sans compter la Malbrèche, bien sûr.
La Malbrèche. L'ironie frappa Athrelya de plein fouet. Leurs terres, si belles, si anciennes, dévastées par la folie du Roi-Liche. Leur foyer disparu. Les souffrances, l'errance que son peuple avant enduré, et cette Malbrèche qui subsistait, alors qu'ils étaient de retour dans la Forêt des Chants Eternels, comme une cicatrice purulente de toutes ces atrocités qu'ils avaient subis. Elle secoua la tête, non, les cicatrices étaient faites pour qu'on retienne les leçons des batailles perdues. De toute évidence, ils n'avaient encore rien appris.

Le malaise en elle s'intensifia quand il lui devint évident que même sa terre natale ne lui apporterait aucun soulagement.
Elle pourrait bien revenir vivre ici, rien ne changerait, ni ce vide en elle, ni ses cauchemards ne disparaitraient.

L'elfe jetta un regard à son épée, posée à côté d'elle.
L'arme était belle, sa longue lame brillant d'une lumière bleutée en son centre, sa garde ornée d'un crâne de démon seul témoin de sa funeste provenance. Athrelya avait récupéré l'épée non loin de la dépouille encore fraîche d'Archimonde.
Bien sûr, elle s'était assurée que l'arme n'était plus impregnée d'énergie démoniaque avant de la garder, et la bénédiction que la Lumière lui avait accordée lui conférait désormais un léger halo doré.

Oui, Archimonde le Profanateur était tombé, et Athrelya se surpris à penser que cette fois était la bonne. Mais au lieu de la joie et du soulagement qu'elle aurait du ressentir, il n'y avait rien.
Plus rien qu'un grand vide, froid et glacé, que cette lutte contre la Légion Ardente lui avait permis de repousser avant.

Car ce sentiment n'avait rien de nouveau, il planait comme un vautour autour d'elle depuis des années maintenant, depuis cette fameuse nuit où tout avait basculé.
Sans qu'elle ait le temps de lutter contre les souvenirs qu'elles croyaient avoir enfouis, ils s'imposèrent à elle, impitoyables et cruels de clarté.




Le Cataclysme avait été durement touché tous les peuples d'Azeroth et la Horde n'avait pas été épargnée. La bataille contre Aile-de-Mort le Destructeur, à laquelle elle avait d'ailleurs pris part, avait laissé leur monde brisé, au bord du chaos. Elle repensa au sacrifice consentit par les Aspects, une immense part de leurs pouvoirs, leur immortalité et bien plus encore.
Ils avaient tant perdu, tous.

Elle se souvenait clairement du soir où Garrosh Hurlenfer, leur Chef de Guerre, avait convoqué des membres éminents de chaque races à Orgrimmar. Elle avait alors été ébahie par les changements que l'orc avaient amorcés dans la cité, et ce n'était surement pas d'une manière positive. Oh, elle n'avait jamais particulièrement aimé Orgrimmar, question de climat, et d'ambiance. La Lumière lui paraissait toujours plus distante lorsqu'elle se trouvait dans la ville orque, ce qui ne lui augurait rien qui vaille, pour cette raison elle l'avait d'ailleurs toujours évité autant que possible. Non, elle n'était pas enchantée de se trouver là, elle le fut encore moins lorsqu'elle entendit la raison pour laquelle Garrosh les avait convoqués.
La guerre, encore.
Et la conquête totale de Kalimdor, non moins que cela. Bien sûr, elle se rangeait à l'avis de Baine Sabot-de-Sang, l'heure était à la guérison, non à la guerre, et encore moins une guerre qu'ils avaient si peu de chances de remporter. Mais Garrosh n'écoutait déjà nul autre que lui même, et non content que les Elfes de Sang et les Réprouvés se retrouvent en première ligne en cas de riposte de l'Alliance, il avait en plus exigé d'eux qu'ils participent à la guerre.
Et ainsi fut fait.
Pendant que les taurens et les trolls ouvraient la Grande Porte séparant désormais Mulgore des Tarides, massacrant au passage les garnisons humaines sur leur route, les orcs, les réprouvés et les elfes s'étaient retrouvés à Cabestan, avant de marcher sur le Fort de Guet-du-Nord, où les autres les avaient rejoints. Leur armée était immense, et bien qu'elle n'était toujours pas ravie de ce qui était en train d'arriver, l'idée que les vies de ses proches ne seraient peut être pas gâchées, qu'ils pourraient bien y arriver finalement, lui remonta légèrement le moral.
Mais il avait fallu que Garrosh Hurlenfer dénature tout. Guet-du-Nord aurait pu tomber facilement, et loyalement, si tant est que le Chef de Guerre n'en avait pas fait appel aux élémentaires en fusion. Le spectacle qu'ils avaient livré était tout bonnement écoeurant, d'autant plus qu'il s'était avéré que le contrôle des chamans noirs sur ces choses était plus que limité. Elle se souvenait s'être demandé quelles atrocités Garrosh serait alors capable d'invoquer pour vaincre Theramore, le fief des humains en Kalimdor, dirigé par la seule représentante de l'Alliance qui pouvait se targuer d'être respecté autant par ses ennemis que par ses alliés, la mage Jaina Portvaillant. Athrelya n'avait pas particulièrement cotoyé Jaina, elle se souvenait de l'avoir aperçue récement au mariage de Thrall, aussi étrange que cela ait pu paraître, mais en dehors de cela, la seule occasion où elle l'avait approchée était la violente dispute entre Garrosh et Varian Wrynn, le roi humain, après la défaite du Roi Liche. Elle se souvenait des efforts incroyables que celle ci déployait alors pour tempérer aussi bien l'orc que le monarque, et à quel point elle s'était senti désolée pour elle, alors qu'il était évident que ses efforts étaient vains. Elle savait également que l'humaine avait activement soutenu Baine Sabot-de-Sang dans sa reconquête des Pitons du Tonnerre après la traitrise de Magatha, et la mort de son père, le sage chef tauren Cairne. Elle n'aimait pas particulèrement l'idée mais elle devait s'avouer qu'elle éprouvait une forme de respect pour l'humaine, pas seulement suite à ces deux évènements, mais à la lumière de tout ce qu'elle avait pu apprendre à son sujet, Jaina était réellement un être à part.

Ajouté à cela le fait qu'au dela du respect qu'elle lui portait, la mage était unanimement reconnu comme l'une des plus puissantes de son temps ce qui n'en faisait pas une adversaire réjouissante, Athrelya était l'une des rares à ne pas se plaindre du campement forcé imposé aux troupes après la victoire de Guet du Nord. Des voix s'élevaient contre le Chef de Guerre, et bien qu'elle les approuva elle se garda bien de le laisser paraître. L'orc rochenoire qui servait de bras droit à Garrosh, Malkorok, surveillait les conversations, et la rumeur voulait qu'il aimait déchainer sa violence. Finalement l'armée se remit en route après des jours d'attente, et au terme d'une journée de marche les remparts de Theramore se profilèrent au loin. Comme il fallait s'y attendre, les humains avaient eu tout le temps de préparer leurs défenses, et ils n'avaient pas seulement atteint les porte de la cité que le bain de sang commençait, à leurs dépens. Non sans mal, ils parvinrent à briser une porte, la bataille faisant rage de toutes parts, des corps mutilés inanimés gisant ça et là. Beaucoup de membres de la Horde, songea-t-elle. Elle avait ensuite échappé de justesse au souffle glacé d'un dragon bleu qu'elle ne put que reconnaitre comme étant Kalecgos, l'ancien aspect de la magie, chef du vol draconique bleu. Avant qu'elle n'ait eu le temps de réellement se demander ce qui pouvait bien pousser un dragon de son rang, un dragon tout court d'ailleurs, à intervenir dans une guerre entre l'Alliance et la Horde, un Kor'kron s'approcha d'elle, et lui invectiva rageusement de se rendre avec un petit groupe de combattants du côté du port. Leur mission était claire et concise, massacrer les griffons et tout autre source de défense aérienne de Theramore, puis infilter la caserne d'où ils devaient faire évader un prisonnier. Bien qu'elle fut surprise que l'Alliance ait pris le temps de faire des prisonniers, elle s'applica néanmoins à réussir sa mission.
Elle savait que si elle ne mourrait pas au combat, et qu'elle échouait, il y avait de fortes chances qu'elle finisse exécutée, et si elle ne craignait pas de mourir, cette fin la répugnait au plus haut point.
Finalement tout se déroula relativement facilement, les forces navales de la Horde avaient attirés les marins humains à l'écart du port, simplifiant grandement la tâche. Elle enragea en voyant l'emblème du Kirin Tor brodé sur la robe du prisonnier, après l'abomination la traitrise pensa-t-elle. Elle avait en effet remarqué qu'un petit contingent de la faction neutre aidait à la défense, expliquant par ailleurs leur difficulté à pénétrer dans la ville, et bien que l'elfe de sang ait pris part pour leur cause, elle se sentait outrée qu'il ait ainsi rompu ses promesses de neutralité.
Avant qu'elle n'ait pu fustiger le mage pour son manque d'honneur, un cor de la Horde retentit, annonçant le signal du retrait. En se dirigeant vers la brèche, elle comprit. Le dragon bleu était en train de barricader le trou béant laissé par la destruction de la porte, promettant aux combattants de la Horde qui resteraient piégés dans la ville une mort certaine.
Les troupes de la Horde battirent donc en retraite, piétinant les corps encore chauds de leurs frères d'armes.

A ce moment là, Athrelya s'était sentie affligée, mais malgré tout soulagée. Garrosh méritait cette défaite, elle lui était nécessaire pour lui mettre enfin du plomb dans la cervelle. Pourtant l'intéressé félicitait ses troupes en affichant un sourire satisfait, laissant les survivants blessés, et ahuris.
Et c'est là que le bruit avait tout éclairci.

Un bruit rauque, comme un raclement métallique continu, emplissait ses oreilles, et en cherchant la source dans les cieux elle la vit. La bombe de mana. Créée par des elfes. Elle avait envie de hurler, de tout détruire, de se ruer sur Garrosh et de séparer sa tête de son corps musculeux là, sur place. Mais ses forces l'avait abandonnée, tout comme la Lumière, et elle resta là, impuissante, muette d'horreur face à l'inimaginable, à l'effroyable.
Elle avait vu Kalecgos s'approcher du galion gobelin pour tenter -quoi, exactement, elle ne le savait même pas.
Il échoua visiblement, et elle l'observa chuter au loin, alors que la bombe se rapprochait inexorablement. La pensée saisit Athrelya que les habitants de Theramore savait probablement ce qui les attendait, et pendant une seconde, elle songea, non elle espéra de tout son être, que les mages présents pourraient ouvrir des portails pour évacuer la ville. Mais sa question resta en suspens alors que la bombe se détacha du galion et entama sa descente fatale, qui lui parut durer une éternité. Puis le monde implosa. Du moins c'est ce qu'il lui avait semblé, la détonation assourdissante retentissait encore à ses oreilles, que les cris de liesse de Garrosh, repris en coeur par une bonne partie de la Horde s'ajoutèrent au vacarme. Ce qu'il dit elle ne le comprit pas, cela n'importait plus. Le ciel se para d'une palette de pourpre, l'énergie arcanique explosant ça et là dans le ciel du Marécage d'Aprefange. Elle reprit ses esprits à temps pour entendre Baine dire d'une voix courroucée que son peuple avait assez versé son sang pour la Horde, et qu'il rentrait. Athrelya en fit de même, et regagna Lune d'Argent.

D'habitude, elle considérait l'auberge de la Terre Mère, située en Mulgore comme son foyer, mais cette nuit elle avait besoin de se tourner vers ses origines, vers elle même, et vers la Lumière.
Elle ignorait si la Lumière lui pardonnerait d'avoir participé à cette atrocité, elle ignorait même si elle se le pardonnerait à elle même.

Bien sûr, Athrelya avait suivi la campagne de la Horde en Pandarie au plus près, pas tant pour l'effort de guerre que pour garder Hurlenfer à l'oeil. Et tout n'avait cessé d'empirer. Par un miracle qui ne devait rien à la chance mais plutôt au sacrifice d'un des plus puissants mages d'Azeroth, Jaina Portvaillant avait survécu à ce qui avait été nommé par la suite la chute de Theramore. Elle avait alors repris le flambeau de Rhonin, bien que la souffrance qui lui avait été infligée était loin de s'être apaisée,
et comment l'aurait-elle pu ?

Toujours était il qu'une nouvelle traitrise d'un Saccage-Soleil avait conduit l'Archimage à bannir la Horde de la cité volante de Dalaran, et que c'était le coeur lourd de regrets, de chagrin et de honte qu'Athrelya avait aidé Aethas à quitter la ville où Jaina le gardait prisonnier. Elle s'était promis de faire payer au centuple à Garrosh chaque traitrise que celui ci infligeait à la Horde.

Il y avait eu Vol'Jin, les rumeurs le disaient mort, assassiné en secret par Garrosh pour avoir émis l'idée que la Horde de Garrosh n'était pas la vraie Horde.

Enfin, la Horde s'était soulevée contre son dictateur.
Bien trop tard.
Il avait fallu les forces conjointes de la Horde et de l'Alliance pour reprendre Orgrimmar des mains d'un Garrosh submergé par les shas qu'il avait lui même invoqués, et les yeux d'Athrelya brillaient d'une soif inextinguible de justice en observant Thrall lever le Marteau du Destin au dessus de Garrosh pour achever sa misérable existence. Mais Varian Wrynn s'y était opposé, réclamant un procès, dont s'emparèrent les pandarens par la personne de Tharan Zhu.

Ainsi, des semaines après ce qui aurait du être sa délivrance, Athrelya se retrouva au milieu d'une foule hétéroclite de la Horde et de l'Alliance, à attendre un verdict qu'elle espérait définif et qui viendrait enfin appaiser ses remords de conscience.

Mais celui ci ne vint pas. A la place, les Astres Vénérables organisèrent un procès. Un procès long et douloureux, qui eut majoritairement pour effet de jeter de l'huile sur le feu. Et pas uniquement entre les factions, mais véritablement entre chaque être qui se trouvait dans cette salle d'audience. Athrelya essaya de ne pas se laisser détruire par les témoignages tous plus accablants les uns que les autres de l'ignominie de Garrosh, mais elle n'y parvint pas.

Et pour cause. Le vol draconique de bronze avait mis à disposition un artéfact permettant de visionner un évènement passé, ce que tous considéraient comme la perte de Garrosh, il s'avéra cependant que les visions permettraient uniquement à Garrosh de causer encore plus de douleur. Le témoignage d'Alexstraza, la Lieuse-de-Vie et des souffrances atroces que les Gueules de Dragon, alliés de Garrosh avaient infligés à son vol donna la couleur. Puis vint Anduin, le prince humain, qui avait failli perdre la vie, les os de son corps impitoyablement broyés par un artéfact ancien que Garrosh projettait d'utiliser pour dominer la Pandarie. Etrangement, le témoignage du long coureur tauren, Perith Sabot-de-Tempête l'émut bien plus encore. Il confirmait ce qu'Athrelya n'avait fait que présupposer jusqu'alors et qui pourtant la tourmentait au plus profond de son âme. Voir une dirigeante humaine faire montre de respect à un membre de la Horde n'était pas courant, la voir réprimander ses hommes pour leur manque de respect l'était encore moins, elle ne put s'empêcher de ressentir à quel point la jeune femme se tenant là, écoutant avec calme et révérence l'émissaire tauren qui venait lui annoncer que sa ville allait tomber face à la Horde et qu'elle ne pouvait attendre aucune aide des taurens, malgré celle qu'elle leur avait apporté auparavant, non, définitivement, cette personne ne méritait pas la déferlante qui allait s'abattre sur elle.
Et les paroles remplies de haine, de rage et par dessus tout de douleur que celle ci prononça lors de son propre témoignage ne firent que confirmer à Athrelya ce sentiment géant de gâchis.

Non, le procès ne fut définitivement pas ce qu'elle en avait escompté, d'autant qu'il se solda par la fuite de Garrosh, aidé par Kairozdormu et Irion, le prince noir qui les avait lui même aidé à vaincre Garrosh des semaines auparavant, ainsi que par un bain de sang lorsque les Gueules de Dragon vinrent d'assurer que celui ci avait bien réussi à s'échapper, et que la Vision des Temps fut brisée, contraignant chacun à affronter la pire version de ce qu'ils pouvaient devenir. La bataille tournait cependant à leur faveur, et alors qu'Athrelya aidait à soigner ceux qui étaient le plus gravement blessé, un bruit sec de détonation retentit. Elle en identifia rapidement la source, une tireuse d'élite orque du nom de Shokia, qu'elle avait cotoyé lors de son arrivée en Pandarie et qui s'était visiblement rangée aux côtés de Garrosh, elle suivit le regard jubilant de l'orque jusqu'à sa cible, un sentiment d'anxiété grandissant s'emparant d'elle.

Elle vacilla.

Alors que Zaela, chef des Gueules de Dragon, qui semblait avoir survécu par une chance insolente au siège d'Orgrimmar, profitait de la diversion pour s'enfuir, le regard d'Athrelya se posa sur Varian, qui attrapa Jaina avec force et douceur à la fois. Même de loin, l'elfe ne put ignorer la tâche écarlate qui maculait la robe de l'Archimage, grandissant de seconde en seconde. Comme clouée sur place de stuper, elle vit Thrall et sa compagne Aggra se hâter à ses côtés, tentant en vain d'invoquer les eaux guérisseuses. Elle entendit le cri le détresse d'Anduin, et devina en voyant une légère lumière apparaitre qu'il tenter lui aussi de la sauver. Son champ de vision était devenu complètement flou, de larmes incontrollables qu'elle s'était jusqu'alors interdit de verser, une forme bleue vint s'ajouter à la masse de silhouettes informes qui entouraient Jaina.
Kalecgos.
Elle se sentit encore plus mal, bien qu'elle n'aurait pas cru cela possible, une nausée affreuse l'envahit, et elle chancela, ses jambes menaçant de rompre à tout instant. Si c'était cela que la justice apportait, pourquoi continuer à se battre ? Comment Garrosh qui était à leur merci avait-il pu non seulement leur échapper, mais en plus faire encore tant de mal. Car si elle n'éprouvait pas de sentiments personnels envers Jaina, Athrelya n'ignorait pas que le fait qu'elle ait survécu à Theramore, mettant ainsi Garrosh en échec, était la seule chose qui lui permettait de ne pas sombrer dans le remord et le regret. De ne pas se haïr pour ce qu'elle avait infligé à tant de monde en acceptant de suivre Garrosh ne serait ce qu'une minute.
Elle tomba à genoux, laissant les larmes couler librement alors qu'elle devinait au loin la Lumière abandonnant Anduin, abandonnant Jaina, l'abandonnant elle même, la condamnant à revivre éternellement cette déchéance, en espérant pouvoir au moins donner sa vie honorablement.
Personne ne bougeait plus, un silence pesant, lourd de sens c'était installé sur le temple du Tigre Blanc. Il fut rompu par la voix de Chi Ji, la grue rouge, félicitant Anduin d'avoir retenu ses enseignements. Une vague de lumière dorée se répandit sur le temple, et lentement les blessés se relevèrent. Athrelya elle même sentit ses tourments s'appaiser légèrement, et elle se força à se relever et à essuyer les larmes qui couvraient son visage. Pour la première fois depuis des années elle sentit un brin d'espoir s'ancrer en elle, Jaina semblait aussi avoir reçu le don de la grue rouge, il semblait que le visage de Kalec qui la tenait contre lui s'était illuminé, mais surtout, à sa grande surprise, la mage tendit la main vers Thrall, qui la serra. Ce fut bref, mais c'était tellement inespéré. Si elle pouvait guérir, le monde le pourrait aussi, et Athrelya avec.




Athrelya se releva doucement, et prit tranquillement la direction de Lune d'Argent. Même à pied, le voyage à partir de l'Île de Haut-Soleil était bref. Elle ignorait ce qu'elle espérait trouver dans la ville elfe qu'elle n'avait pas trouvé sur la terre de son enfance, mais elle appréciait la solitude.

L'espoir né à la suite du procès n'avait pas disparu, mais il n'avait pas évolué non plus. Il restait en elle et irradiait imperceptiblement, pas assez pour l'aider à oublier, ni à se reconstruire. Elle n'avait revu l'archimage Portvaillant qu'une seule fois depuis le jour du verdict, et bien qu'elle n'ait pas montré d'intensions néfastes à son égard, elle ne s'était pas privée de lui rappeler, à elle comme à tous les champions de la Horde d'ailleurs, qu'elle les gardait à l'oeil. Bien sûr, il valait mieux une méfiance contrôlée qu'un froid désir de vengeance, mais cela avait suffi pour faire réapparaitre les cauchemards d'Athrelya. Elle avait aidé à vaincre Main-Noire, puis Archimonde, ainsi que tous ceux qui s'était mis en travers de leur route, mais cela ne lui avait pas apporté un brin d'apaisement, pas une seule seconde de répit.

Elle devait se racheter, pas seulement vis à vis d'Azeroth, mais vis à vis de ce peuple qu'elle avait contribué à briser sans autre raison que parce qu'on le lui avait demandé, et si possible, vis à vis de celle dont les nuits devaient être hantées de cauchemards similaires aux siens, mais en bien plus cruels encore.

Elle était Athrelya, celle que ses amis surnommaient la Lumière de l'Aube, en référence à ses capacités à recourir à la Lumière pour la guider aussi bien quand il s'agissait de châtier un ennemi que pour soigner les blessures, prendre soin de ceux qu'elle considérait comme les siens. Mais si elle ne se soignait pas elle même (et elle entendait par là une guérison de son âme la plus profonde) elle perdrait les faveurs de la Lumière, elle perdrait son essence même.

Sa résolution prise elle ne put franchir le seuil de l'auberge de la Terre Mère. Elle déposa seulement son épée sur le sol, en douceur, ainsi que l'emblème de la Horde qu'elle portait accroché à sa cape. Elle ne put se résoudre à laisser celui qui représentait la Terre Mère, non pas qu'elle craignait leur réaction mais parce qu'elle savait qu'il faisait partie d'elle, que ceux qu'elle aimait et qu'elle laissait derrière ici faisaient partie d'elle, de ce qu'elle était intrasèquement. Certains lui en voudraient, elle le savait, ses soeurs les premières, elle aurait aimé franchir cette porte une dernière fois, leur expliquer, les convaincre de la nécessité de son départ, mais elle ne le pourrait pas. C'était son sacrifice, quitter les êtres qui lui étaient chers, pour aller offrir son aide à ceux qui avaient perdus les leurs. Pour racheter son âme, coûte que coûte.

_________________




Croisez les doigts, les oreilles, les orteils, et tout ce que vous pouvez croiser d'autre   geek


Dernière édition par Teasy le Jeu 16 Juin 2016, 08:59, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Teasy

avatar

Féminin Nombre de messages : 1036
Age : 25
Camp : Horde
Race : Elfe de sang
Classe : Paladin
Spécialisation principale : Précision
Spécialisation secondaire : Feu
Date d'inscription : 15/01/2011

MessageSujet: Re: Lumière de l'aube   Jeu 16 Juin 2016, 01:36

Bon, c'est un peu théatral tout ça hein, mais ça veut dire quoi en vrai ?

Bien sûr Athrelya va pas prendre ses petites jambes et elle se faire botter le cul par tous les gardes d'Hurlevent jusqu'à ce que même l'ange en ait marre de la rez.

Et bien sûr que je serai là, à vos côtés pour bouter la légion hors d'Azeroth, oui oui.

Au vu de tout cela, la Lumière vous sera surement apportée par Dawned, au lieu d'Athrelya, un peu de respect pour son propre lore tout de même !

En fait, tout ça pour vous dire que tout ces évènements azerothiens m'ont donné une furieuse envie d'aller commencer Légion du côté de l'Alliance, car ça m'a l'air furieusement intéressant (et dramatique, et j'y peux rien, les drames ça touche mon p'tit coeur)

_________________




Croisez les doigts, les oreilles, les orteils, et tout ce que vous pouvez croiser d'autre   geek
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Akkodo

avatar

Nombre de messages : 16
Age : 27
Camp : Horde
Race : Tauren
Classe : Guerrier
Spécialisation principale : Fureur
Spécialisation secondaire : Armes
Date d'inscription : 03/06/2016

MessageSujet: Re: Lumière de l'aube   Jeu 16 Juin 2016, 14:33


Salut !

J'ai pas tout compris mais content pour toi et ce que tu entreprends Smile
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Lumière de l'aube   

Revenir en haut Aller en bas
 
Lumière de l'aube
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La lumière de l'aube
» [extrait de WoW RPG & autres sources] La Lumière.
» 4.0.1 et tangibilité de la Lumière
» Une aube funeste ...
» La milice, et l'Aube Ecarlate.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Hutte privée :: Le coin du feu-
Sauter vers: